Pôle des Services Mutualisés, Périgueux

Labellisation E3 C1

MAITRE D'OUVRAGE : CDA du Grand Périgueux 

EQUIPE MAITRISE : ARBONIS (mandataire), TWO (architectes co-traitants), D3 Architectes (architectes co-traitants), VERDI (Structure, VRD, Economie), YAC Ingenierie (Fluides, SSI, HQE, Labellisation E+C-), EMACOUSTIC (Acoustique), SIEC (OPC)

CONTEXTE : Périgueux (24)

SURFACES : 5 000 m²

BUDGET : 13 000€ HT (travaux)

CALENDRIER : Concours (projet non retenu)

MISSION : Conception réalisation

Implantation du bâtiment, dans le prolongement de la réflexion urbaine de la ZAC :

Le Pôle des Services Mutualisés se positionne en tant que « finalité » de la ZAC, et doit s’intégrer dans une parcelle triangulaire, comprise entre les voies SNCF et la rue Alphée Maziéras.

 

Notre projet tire partie de la géométrie parcellaire triangulaire, et propose deux échelles de lecture :

- une échelle humaine, avec l’arrivée des piétons sur le « rocher », coté rue Alphée Maziéras. Cette volumétrie identitaire du Pôle de Services Mutualisés dialogue avec Le tissu urbain bas des bâtiments longeant le mur de soutènement en contrebas. C’est la première perception du bâtiment. Ce volume est perçu depuis l’ensemble du parc de la ZAC, et agit tel un signal à l’échelle urbaine.

- une échelle plus massive et administrative, le volume en L regroupant les bureaux est perçu avec plus de recul, depuis les voies ferrées, et agit comme une protection visuelle et acoustique vis à vis du cœur d’îlot. Le bâtiment « bureaux » a une hauteur de 19m à l’égout, et respecte en tout point le PLU. Cette hauteur, conforme au PLU en vigueur, permet de limiter la possibilité de recours après instruction du permis de construire. Cette précaution est prise afin de sécuriser au mieux les délais de l’opération.

 

Une écriture architecturale sobre :

Le bâtiment de bureaux est sobre, son écriture architecturale traduit le fonctionnement du bâtiment et les contraintes d’orientation de la parcelle. Le socle minéral du rez-de chaussée, qui regroupe les locaux du personnel (vestiaires, office), les locaux techniques, les espaces d’accueil et les salles de formation, est traité en béton blanc, traité anti-graffitis. Les 5 niveaux situés à l’aplomb sont en structure bois, permettant ainsi une facilité et une rapidité de mise en œuvre en cours de chantier. Les façades des étages sont traitées en murs manteaux, bardés d’une vêture pérenne et garantissant un entretien minimum. Le bardage proposé (panneaux type EQUITONE) est teinté dans la masse et classé M0 . Le choix du type de panneaux pourra être revu avec le Maître d’Ouvrage s’il le souhaite.

Chaque façade, suivant son orientation, reçoit le type de brises-soleil adapté :

- brises soleil horizontaux pour la façade Sud

- brises soleil verticaux pour les façades Est et Ouest. La façade Est est ponctuée d’ouvertures au sein des brises-soleil, permettant l’accès des pompiers depuis la voie publique.

- pas de brises-soleil sur le façade Nord, qui est totalement lisse

 

Matérialité du projet :

Le bâtiment en L permet d’éviter les vis à vis entre les deux ailes du bâtiment. La toiture de la grande salle est végétalisée, afin de proposer une vue harmonieuse depuis les bureaux. Le bâtiment « Rocher » étant à Rez-de-Chaussée, il ne crée pas de masque pour les bureaux.L’implantation du bâtiment en L reste ainsi efficace en terme de ventilation et de confort lumineux.

Dans les étages, le système constructif en bois offre une architecture intérieure très singulière. Les poteaux bois et les dalles bois en CLT restent apparents, ce qui permet de créer une atmosphère chaleureuse dans chaque bureau. Les éléments techniques (panneaux rayonnants et éclairages) sont traités comme des îlots, et distribuent chaque trame, afin de répondre à la contrainte de modularité.

Le volume regroupant la grande salle et la digital valley est traité en béton blanc, avec des pans coupés. Cette minéralité participe grandement à l’image du « rocher », et offre au bâtiment tout entier une identité forte et marquée.

Le projet s’insère dans une volonté d’affirmer les matériaux constructifs. Les éléments structurels devient des parements intérieurs et ne nécessitent aucun habillage, ce qui va dans le sens du respect du planning.

Ce système constructif participe grandement à l’obtention de la labellisation E+ C- pour ce projet.

 

Le Rocher, volume identitaire du projet :

L’autonomie programmatique du « Rocher de l’Isle » comme résultante architecturale d’un signal urbain

Le souhait du Maître d’Ouvrage est de pouvoir à tout moment dissocier la grande salle, les espaces d’exposition et de réception, et le pôle Digital Valley ; et ce afin d’envisager un fonctionnement en totale autonomie.

Afin de répondre au mieux à ce mode de fonctionnement, nous avons choisi de créer un volume totalement dissocié du bâtiment de bureaux. L’ensemble est connecté par le hall. Conformément au programme, l’espace d’exposition est positionné attenant à la grande salle et en devient de fait le foyer. Nous avons pris la liberté d’ajouter un bloc sanitaire pour le bon fonctionnement du « Rocher » en toute autonomie.

La volumétrie atypique de cette partie du programme devient le signal urbain du bâtiment. Elle résulte des contrainte de volume de la grande salle et du pôle Digital Valley qui nécessite moins de hauteur sous plafond. Ce « rocher » en béton blanc crée l’identité du projet.

AUTRES PROJETS

A/ 34 Rue de Ruat - 33000 BORDEAUX - @/ contact@twoarchitectes.frT/ 05 56 48 22 37

  • Noir Icône Instagram